Tout savoir sur les obligations d'entreprise

Tout savoir sur les obligations d'entreprise

Avec l’émission d’obligations vertes de l’Etat Français pour plus de 7 milliards d’euros, ou l’avènement du crowdfunding obligataire avec une croissance de 40% en 2 ans, les obligations ne cessent de faire parler d’elles. Mais, qu’est-ce qu’une obligation ? Quelles obligations acheter quand on est un particulier ? Quelles obligations émettre lorsqu’on est une entreprise ? Investbook revient pour vous sur les types d’obligations présentes sur le marché.


Définition des obligations en Finance

Une obligation est un titre financier qui représente une dette à court, moyen ou long terme d’une entreprise, d’une collectivité ou d’un Etat. C’est une classe d’actifs qui, outre le fait de se présenter sous diverses formes, ont une caractéristique commune : le versement d’intérêt au profit de l’acquéreur d’obligations.

Lors de l’achat d’une obligation, un contrat obligataire est délivré. Ce document présente la valeur des obligations, le taux d’intérêt, la durée de vie des obligations et les modalités de remboursement.


Les caractéristiques d’une obligation

Une obligation dispose d’une valeur nominale :

Appelée également valeur faciale ou valeur principale, c’est la valeur de base d’une obligation qui sert de socle au calcul des intérêts et des remboursements.

La maturité d’une obligation :

Représente la date de remboursement final d’une obligation. Lors d’une émission d’obligations, l’émetteur devra, au bout d’un certain temps ou d’un échéancier fixé par le contrat obligataire, rembourser sa dette assortie du paiement des intérêts.

Le taux d’intérêt ou taux de coupon :

Le taux de coupon représente le pourcentage de rémunération calculé sur la valeur nominale. Le taux de coupon est fonction de la maturité et du profil de risque de l’émetteur.


Les types de remboursement des obligations

Selon les différents types d’émissions et selon les termes de chaque contrat obligataire, le souscripteur d’obligations pourra percevoir des remboursements comme suit :

Remboursement des obligations par amortissements annuels constants ou remboursements linéaires : tous les ans, l’investisseur est remboursé d’une tranche constante de la valeur nominale.

Remboursement des obligations par amortissements annuels progressifs : les remboursements des premières années sont plus faibles que ceux des dernières années.

Remboursement des obligations par amortissements annuels dégressifs : les remboursements des premières années sont plus élevés que ceux des dernières années.

Remboursement des obligations avec différé : il est possible de ne prévoir aucun remboursement les premières années.

Remboursement des obligations in fine ou remboursement à maturité : la valeur nominale est entièrement remboursée la dernière année à l’échéance des titres.

Remboursement des obligations par conversion en actions : les obligations convertibles permettent à l’investisseur non pas de se faire rembourser en numéraire mais de transformer sa créance en actions de la société émettrice. Le titre de créance devient un titre de capital.


Les types d’obligations : une classe d’actifs aux multiples facettes

Il existe une multitude de types d’obligations, qui différeront en fonction de l’émetteur, c’est-à-dire de l’entité qui émet de la dette pour se financer.

Le crowdfunding obligataire :

Le crowdfunding par souscriptions d’obligations permet à des investisseurs privés de souscrire via une plateforme à des titres d’entreprises non cotées et ce à partir d’un ticket d’entrée accessible (généralement 500 ou 1.000€). L’activité du crowdfunding obligataire est régulée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), qui plafonne l’émission d’obligations d’une même entreprise à 2,5 millions d’euros par an. L’investissement en obligations de PME permet de diversifier ses placements financiers et de prétendre à des rendements élevés. Plus le rendement est élevé, plus le risque est fort.

L’Euro PP :

L’Euro Private Placement a été conçu pour les entreprises de taille intermédiaire ou les grandes entreprises qui souhaitent emprunter en euro dans un cadre privé, c’est-à-dire sans faire un appel public à l’épargne ie. sans que les titres ne soient cotés sur un marché réglementé. Ce sont souvent les investisseurs institutionnels qui participent à ces opérations pour des tickets d’entrée de plusieurs millions d’euros.

Les obligations publiques d’entreprise :

Ces titres sont émis pas les très grandes entreprises dans un cadre public, avec un prospectus visé par l’AMF. Les obligations sont cotées sur un marché réglementé et souvent souscrites par de grands investisseurs institutionnels.

Les obligations d’Etat :

Appelées également « emprunt d’état », ce sont des obligations émises par un Etat pour financer ses dépenses. Début 2017, la France a émis plusieurs milliards d’obligations dont 7 milliards dites « vertes » pour financer des projets environnementaux. Généralement, les taux de coupons sont faibles car le risque de défaut d’un grand Etat est minime, en théorie.

Les obligations vertes :

Ce sont des obligations émises par une entreprise ou un Etat pour financer des dépenses ou des projets de développement durable, qui représente des coûts de production colossaux. Ces obligations sont appelées « Green Bonds ».

Les obligations publiques :

Les obligations publiques sont émises par des collectivités publiques ou des entreprises du secteur publique. Moins sécurisées que les obligations d’Etat, elles offrent des perspectives de rendement très variables en fonction de la santé financière de l’entité qui emprunte.




Quels types de rémunération?

Le contrat obligataire stipule explicitement les modalités de paiement des coupons, fixes ou variables, indexés ou non.

Les obligations à taux fixes :

Le taux de coupon est fixe et sera toujours le même tout au long de la durée de vie des obligations. Les remboursements et les intérêts sont connus dès le départ.

Les obligations à taux variables :

Indexé sur les marchés financiers, un taux de coupon variable s’ajoute au taux de coupon fixe initialement prévu par le contrat obligataire.

Les obligations indexées sur l’inflation :

Indexé sur l’inflation, le taux de coupon est réévalué pour garantir la protection du pouvoir d’achat du souscripteur.




Quels sont les risques d’un investissement en obligations ?

Une obligation comporte des risques de perte en capital, d’illiquidité et de taux.

Risque de perte en capital dans le cas où l’émetteur serait dans l’incapacité d’honorer sa dette.

Risque d’illiquidité dans le cas où un investisseur souhaiterait revendre son titre sans en trouver d’acquéreur.

Risque de taux dans le cas où un titre souscrit à date verse un niveau de taux de coupon largement plus faible que celui constaté sur les marchés quelques mois ou années plus tard. L’obligation est un donc un titre financier de taux, contractuel et qui fixe dès le départ les termes et conditions de l’investissement (valeur nominale, taux de coupon, maturité, modalité de remboursement). Le principal avantage est que l’horizon d’investissement et le rendement attendu (hors cas de taux variable) sont connus en amont à la souscription. Cette visibilité est non négligeable en ces temps de forte volatilité politique, économique et financière.

Autres lectures intéressantes

J’investis Chez Investbook. Et Vous ?

J’investis Chez Investbook. Et Vous ?

Après avoir investi au capital d’Investbook, Patrick Hannedouche va réaliser des placements financiers sur cette plateforme de crowdfunding obligataire.

Je m’appelle Patrick Hannedouche et je suis Directeur Général Associé d’Investbook. Laissez-moi vous présenter la démarche qui m’a con...

LIRE LA SUITE