Chef d’entreprise, avez-vous les bons réflexes ?

Chef d’entreprise, avez-vous les bons réflexes ?

1. Réalisez un tableau de bord

Le tableau de bord est un outil de gestion indispensable pour la prise de décisions et l’accompagnement de ses objectifs fixés. Il présente les activités et les résultats de l’entreprise et se matérialise sous forme d’indicateur de contrôle.

Le tableau de bord vient répondre à un besoin et agit comme élément de support à la décision du chef d’entreprise. Il agit premièrement comme signal d’alerte en permettant de mettre en exergue les écarts de résultat planifié. Il vient ensuite comme élément d’action : en effet, le chef d’entreprise a la possibilité de corriger et d’adapter ses choix. Il donnera l’opportunité au dirigeant d’établir des prévisions en permettant de superviser l’avancée du projet dans sa globalité.

2. Suivez et anticipez scrupuleusement votre trésorerie

La trésorerie d’une entreprise représente le « cash » de la société. Elle est représentée par l’ensemble des liquidités en caisse ou en banque de l’entreprise et les placements à court terme. C’est un indicateur essentiel pour l’entreprise puisqu’elle permet de montrer la santé financière à court terme de la société. Comme le tableau de bord, il est cardinal de vérifier régulièrement sa trésorerie afin d’anticiper ses besoins.

Le suivi de la trésorerie peut se faire par la mise en place d’un tableau prévisionnel des flux de trésorerie ou plan de trésorerie. L’élaboration du plan de trésorerie s’élabore à partir des dépenses prévues et des recettes. Le suivi du plan de trésorerie est primordial afin de pouvoir réagir en temps réel. L’objectif du tableau prévisionnel de trésorerie est de vérifier les liquidités à court terme et de permettre d’évaluer les besoins de trésorerie.

A travers l’étude du tableau vous pourrez donc anticiper les besoins et préparer à négocier au préalable les lignes de financement à court terme. En fonction de la période que vous incombez à votre plan de trésorerie vous aurez une vision plus au moins longue sur vos financements.

suivre la trésorerie de son entreprise

3. Prenez connaissance des différentes options qui s’offrent à vous

Vous avez à votre disposition plusieurs outils de contrôle qui permettent de vous alerter en cas de besoin. Si votre trésorerie est insuffisante vous devez déterminer dans un premier temps la raison et gardez en tête que pour chaque emploi doit correspondre la bonne ressource. En effet la capacité d’autofinancement de la société doit vous servir à financer le besoin en fonds de roulement et l’exceptionnel. Evaluez donc vos besoins et faites-les correspondre à un financement adapté. Vous avez accès au crédit bancaire à moyen et long terme, crédit-bail, crowdfunding, affacturage.

4. Les instruments à votre disposition

La mise en place d’outils ou le suivi de sa trésorerie n’est pas évident. Il faut y consacrer du temps pour que ces outils soient efficients. Aujourd’hui il existe de nombreux logiciels qui peuvent venir palier vos besoins. Des logiciels d’aide à la gestion de projets, au suivi financier, à la gestion commerciale etc…

5. Choisissez scrupuleusement votre expert-comptable

L’expert-comptable n’est pas uniquement utile à la réalisation de vos liasses fiscales. Il peut vous être d’une aide précieuse dans le développement de votre société. En effet un expert-comptable travaille avec de nombreuses sociétés et il vient en support pour vous apporter des conseils quand vous êtes en difficulté.

Il existe de nombreuses possibilités pour vous épauler dans le développement de votre société. L’importance est de se prémunir des outils adéquates pour vous permettre d’être réactif. Ce qui compte ce n’est pas ce que cela coute mais combien cela rapporte. En effet si votre endettement est bien réparti en face des bons emplois, la structure financière de votre société sera saine.

Olivier Gabrielle

Autres lectures intéressantes

Financement Participatif, une Révolution Mondiale et Durable

Financement Participatif, une Révolution Mondiale et Durable

Le Financement Participatif en quelques chiffres

Les fonds récoltés sur les plateformes de finance participative en France ont représenté environ 300 millions d’euros en 2045, et bien que ce volume augmente de 400% par an depuis 2042, nous sommes bien loin des autres pays notamment anglo-sax...

LIRE LA SUITE