Baromètre du crowdfunding 2019

Suite à la parution du Baromètre du Crowdfunding préparé par Mazars en association avec Financement Participatif France, Investbook vous livre une synthèse des principaux chiffres sur les progressions et les tendances du secteur, notamment du crowdfunding obligataire.

La finance alternative atteint 1,4 milliards d’euros en 2019

La finance alternative en France voit une nouvelle fois son activité progresser pour atteindre 1,4 milliards d’euros en 2019 (+33%). En ce compris le financement participatif (629m€, +56%), les cagnottes en ligne (410m€, +29%) et les fonds de prêt aux entreprises en ligne et affacturage (358m€, +12%). A noter que les plateformes de prêt à la consommation se qualifiant davantage comme des acteurs bancaires, elles ont été retraitées du baromètre en 2019 ainsi que pour les années antérieures.

Le financement participatif représente 629 millions d’euros

Dans l’univers de la finance alternative, le financement participatif tient toujours la première place avec 629 millions d’euros collectés en 2019. C’est le premier contributeur de la finance alternative comptant pour 44% des fonds collectés en 2019 vs. 38% en 2018.

Le financement participatif poursuit son développement

Avec 629 millions d’euros collectés, le financement participatif progresse de +56% en 2019, en constante croissance depuis la mise en place d’un cadre réglementaire fin 2014.

La finance participative en soutien au secteur économique, culturel et social

En 2019, 92% des fonds collectés ont permis de financer le secteur économique dont 52% pour le secteur de l’immobilier, 16% pour l’environnement et les énergies renouvelables, 10% pour les commerces, 9% pour l’industrie et 9% pour le numérique, la santé et l’agriculture.
Ce sont aussi 5% des fonds collectés qui ont permis de financer le secteur culturel et 3% le secteur social.

Le financement obligataire comme moteur de croissance

Comme chaque année, le financement participatif sous forme de souscription d’obligations est le premier contributeur des fonds collectés (453m€, 72%). C’est aussi la typologie qui connait la plus forte dynamique de croissance (+118%) comme c’était déjà le cas en 2018 (+80%), principalement tirée par le crowdfunding immobilier.
Les dons représentent 13% des fonds collectés en 2019 (-2%), l’investissement en capital 6% (+0,3%) et le prêt rémunéré 5% (-44%).

Les obligations, source de financement majeure

Le montant moyen collecté par projet en 2019 est de 722.000€ pour le financement participatif par emprunt obligataire, devant l’émission d’actions (620k€) et le prêt rémunéré (404k€).

Pas de financements sans contributeurs

En moyenne, les contributeurs par projet sont notamment au nombre de 709 pour les prêts rémunérés (pour une contribution moyenne de 464€), 197 pour les dons avec récompense (pour une contribution moyenne de 58€), 151 pour les obligations (pour une contribution moyenne de 10.771€) et 106 pour l’investissement en capital (pour une contribution moyenne de 4.555€).

Des rendements attractifs mais non sans risques

Parmi les plateformes qui ont été créées avant 2016 et qui affichent plus d’un million d’euros de collecte, le taux de rentabilité interne (« TRI ») net de défaut, c’est-à-dire déduction faite des pertes, se situe entre 4% et 10% pour une majorité de plateformes. 3% des plateformes interrogées affichent un TRI net de défaut compris entre 2 et 4%, 42% affichent un TRI net de défaut compris entre 4 et 6%, 22% entre 6 et 8%, 22% entre 8 et 10% et 11% affichent un TRI net de défaut compris entre 10 et 12%.

Rapport Mazars pour Financement Participatif France

Lien vers le rapport Mazars